cheminement d'une ex CF

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mar 16 Jan 2018 - 17:27

e ressent aujourd'hui le besoin de tout mettre à plat . pour moi , pour le choix que je me prépare à faire . et pour que mon passage ici soit utile à d'autres ,je laisserai un témoignage du cheminement d'une ex CF. je crois que c'est la bonne place .

A l’origine

Petite fille, ma mère m’a un jour offert un poupon qui chouine et ne sa tait qu’avec sa tétine. Déjà peu emballée par ce jouet, n’ayant jamais jalousé les autres qui avait en plus la poussette, n’ayant jamais partagé cet attrait pour ces poupons joufflus et réalistes, j’ai regardé la chose, pleine de doute sur son intérêt. On me le colle dans les bras et là horreur, quand je l’ai entendu couiner, j’ai ressenti comme un effroi qui m’a traversé et âpres avoir jeté la chose, je me suis enfuie en pleurant moi-même. Ma mère n’a plus jamais insisté et a conclu que ça n’était pas mon truc.

J’ai grandi, et n’ai pas plus envié ni partagé les délires des petites filles aux poupons, avec leur panoplie complète de vêtements, poussette et dinette dans ce simulacre de maternité , dont vraiment , je ne comprenais pas l’intérêt , d’autant plus que je trouvais déjà les vrais pénibles à souhait . je m’entendais mieux avec les garçons, dont je partageais les jeux et l’état d’esprit, rares étaient les filles qui trouvaient grâce à mes yeux, avec leur jeux, leurs réflexions débiles et leur rêves de pouponnage, pfff non mais vraiment, aucun intérêt !

Au fil du temps, rien ne changeait, au contraire et mon dégout pour les filles et les bébés ne faisaient que se confirmer et se renforcer, constatant quotidiennement autour de moi, toutes les répercutions de l’enfantement, me confirmant à moi-même qu’il fallait vraiment être maso pour s’adonner à ça ! Les parents n’étaient pas heureux, ils tentaient de l’être malgré toutes ces pesantes contraintes, nuance ! J’ai toujours pensé que leur tête se devait de valider leurs choix, sans quoi ils exploseraient en vol…

Puis passé l’adolescence, est arrivé le temps ou on m’a questionné au sujet des enfants. Tout était clair, ce n’était pas pour moi, et là j’ai découvert cette pression, cette attente de normalité via l’enfantement, cette oppression régulière, cette fameuse « injonction au bonheur d’être parent ». Assez peu dans ma famille mais alors les copines, les autres mères, plus tard les collègues… Tout le monde s’y mettait, en dégainant une panoplie d’arguments tous plus stupides les uns que les autres, que je démontais avec tant de plaisir ! Au fond de moi je me disais « ne vous foutez pas de ma gueule, vous croyez que je ne vois pas ? ».Plus le harcèlement se faisait sentir, plus je rejetais violement cette pression par des paroles de plus en plus dures, un humour noir et décapant, qui savait dissuader les plus insistants , finissant par leur faire dire eux même , qu’en effet , c’était peut être pas pour moi .
Moi, la norme je m’en foutais, mes envies et décisions m’appartenaient, peu importe le domaine, aucun doute la dessus, rien ne savais me faire vaciller et plus on tentait de me convaincre, plus mes convictions étaient fortes !

C’était donc en toute sérénité que je me préparais à vivre ma vie libre d’enfant , et libre tout court, bien décidée à m’épargner les contraintes inutiles et à ne respecter que mes « normes personnelles » .

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mar 16 Jan 2018 - 17:32

Le changement

Je vivais donc ma vie, libre de tout, de mecs (que je ne gardais pas mais dont  je savais apprécier, avec qui je partageais de l’amitié ave supplément comme je disais),  libre d’envie d’enfant, c‘était cool. Une précédente et unique relation « durable » m’avait laissé penser que la vie de couple non plus n’était pas pour moi, qu’en plus d’être peu romantique et peu encline à l’attachement, extrêmement territoriale  et solitaire,  quand ça arrivait, ça repartait assez rapidement. Et puis j’aimais être libre, savourer mes moments d’exquise solitude, j’aimais disposer à 100% de moi-même  sans m’encombrer de contraintes qui n’apportaient rien d’assez intéressant pour être supportées.

Pui un jour je rencontre celui qui allait être le père de mon fils ; la j’ai découvert l’attachement, l’amour même, j’ai découvert ça avec étonnement, je n’avais jamais ressenti ces choses là : l’envie de la présence de l’autre, le fait d’y penser constamment, impossible de me décoller la tête de lui …j’ai même découvert la peur d’être quittée !  Ce besoin irrépressible de l’autre... Je me découvrais alors affectueuse, attentionnée, démonstrative …une part de moi que je ne connaissais pas jusqu’ici  , que pensais absente. Un bouleversement pour moi, une nouvelle dimension de la vie m’est apparue, je comprenais maintenant ces gens qui avaient envie de vivre ensembles et qui s’aimaient. Me sentant un moment engagée dans quelque chose de durable, j’ai tenue à aborder le sujet enfant. Je n’en voulais pas, je n’en voudrais jamais et il ne fallait pas conter sur un changement. Il était dans la même optique que moi...Parfait ! Les années se sont écoulées, une suspicion sur ma pilule m’a poussée à l’arrêter un temps pour me rendre compte de son impact sur moi, j’avais la sensation de mal la supporter. 2 mois ont suffit pour que je me rende compte qu’en effet, le shoot quotidien aux hormones qui duraient maintenant depuis plus de 10 ans était nocif. Bien évidemment, le préservatif était de rigueur et le stock a été fait de façon a na jamais tomber en rade. Mais un jour un peu plus agacés qu’un autre, on n’a pas pris le temps d’en utiliser. C’est arrivé une seule et unique fois, ce âpres quoi on s’est dit que ça ne devais plus jamais arriver. Et PAF...La grossesse !

Il avait été convenu au début de notre relation qu’on ne voulait pas d’enfant et qu’en cas d’accident, je ne le garderai pas. totalement malade de la situation, pressée d’y mettre un terme, j’ai « rapidement » avorté, sans même re-consulter mon conjoins car ça avait été décidé bien avant (au fond, il était pour moi inacceptable d’envisager une autre option et pour m’en assurer,  ne pas en parler vraiment avec lui garantissait que rien ne s’y oppose.) l’ivg a eu lieu , et à aucun moment je n’ai sourcillé…sauf quand on m’a appris que l’ivg médicamenteuse n’avais pas fonctionné et que je devais passer par l’opération…la j’ai eu la sensation que le bourreau avait raté son coup, qu’une tête encore attaché à son coup par un morceau de chair , pendait derrière moi. Pour la première fois, ce bébé existait et souffrais, j’ai fondu en larme dans le cabinet du médecin, et encore à mon retour à l’accueil pour régler les modalités de l’opération. Les infirmières compatissaient, elles semblaient comprendre ma douleur…, ça m’a poussé à me ressaisir, je ne méritais pas cette compassion,  je me disais qu’elles croyaient qu’au fond que je voulais le garder, ça n’était pas le cas.
J’avais hâte que l’opération finale mette un terme a cette souffrance, à cette torture. J’ai pris sur moi et assumé mes erreurs, celles dont la facture arrivait à présent !  Je cessais de pleurnicher et finalisais les choses. Une fois que tout fini, de retour à la maison   une étrange sensation se mêlait peu à peu au soulagement. Je ne m’y suis pas attardée, de toute façon les événements étaient perturbants. Je ne pouvais que l’être.

Le virage à 90 °

Depuis mon ivg un truc était différent, je ne savais pas quoi, je ne comprenais pas quoi ; je continuais ma vie. J’avais opté suite à ça pour l’implant, le gynéco m’avais promis que le dosage et l’apport d’hormones était différent que peut être que ça me conviendrait. Il venait juste d’arriver sur le marché, il n’y avait pas trop de recul la dessus, je m’en foutais, il me fallait une contraception, l’oublie de pilule ou le ratage contraceptif n’était plus un risque que je m’autorisais à prendre, ce truc répondait quelque part parfaitement à mes attentes… dommage, 3 mois sans règles , puis 3 mois de saignements incessants , le retour à ce sujet d’une collègue qui ne le supportait pas non plus, au final , je l’ai fait enlevé et ai repris une pilule ( quoi d’autre de toute façon ).
Mais tout ce temps, un truc me harcelait de l’intérieur...Des espèces de « tocs » je dirais : une phrase revenait en moi de façon incessante, imprévisible, ponctuelle et régulière... « Je suis enceinte ». Des que ça me venait en tête je me disais « hein ??? N’importe quoi », refusant totalement cette idée absurde qui n’avait aucun sens …et ça ne m’a plus lâché les mois qui ont suivis. Un moment j’ai du faire face à ça, je ne pouvais plus rester dans le déni, quelque chose en moi avait changé et ma tête tentais de me le faire comprendre , de gré ou de force . J’en ai parlé à mon compagnon, lui expliquant tout, et lui disant « je crois aujourd’hui, qu’un jour, je voudrais un enfant ». C’était informatif, je me devais d’être honnête envers moi-même et envers lui mais je n’en voulais pas là de toute façon. On n’en a plus jamais reparlé, je subissais encore mes propres injonctions, les regardant en face mais leur répondant toujours, comme un réflexe, une lutte, « non mais n’importe quoi » .

Deux années sont passées sans que j’y pense trop, en n’ayant toujours pas cet acte comme projet ...et un jour, mon compagnon me demande un enfant ! et là, le truc est remonté de mes entrailles pour m’affirmer « voila, c’est maintenant, c’est le moment, et le « je suis enceinte" s’est transformé en « je veux un bébé ». Là je n’ai pas tout compris mais je devais rationaliser d’urgence! Toutes les questions, tous les refus passés, tout les facettes aberrantes on été passées au crible. C’était à n’y rien comprendre, tout ce qui me faisait horreur avant me semblait séduisant …le bébé, le fait de m’en occuper, la vie avec un enfant..tout ce que ça engendrais, les conséquences..etc se validait petit à petit d’un OUI.. « et si on se sépare ? » « je l’assumerais seule ». Quelques semaines sont passées et l’envie ne me quittait plus , convaincue que j’avais changé, je pris la décision d’ arrêter ma pilule …finalement , on me l’avait bien dit , un jour je changerai d’avis, c’est moi qui avait tort….mais c’est chelou quand même , j’y aurait parié mes deux bras et mes deux jambes sans hésiter que jamais je n’en voudrais, pour rien au monde !
En route vers la maternité

Voila la décision a été prise, à ma grande surprise, aucune envie de retour en arrière, aucun doute juste l’envie de foncer droit devant. Ça n’a pas tardé, je suis très vite tombée enceinte pour mon plus grand bonheur. On a déménagé, ma grossesse se sassait bien, c’était confortable, je n’ai pas été malade contrairement à la fois précédente ou j’avais été malade come un chien, ou je n’ai pas pu manger pendant des semaines tant j’avais mal au cœur (je n’avalais que de la purée à l’eau, tout le reste me faisait vomir), non là tout allait au mieux ! tout a été « parfait » jusqu’au bout, pas de sensation allien comme j’en avais toujours eu terriblement peur, pas trop de dégoût pour mon état, je me préparait petit à petit à devoir composer avec ma terreur de l’accouchement, et oui même ça était passé en « même pas peur, de toute façon, il faudra y passer, alors soit forte ». J’ai appris que c’était un garçon, soulagée et ravie, je ne voulais pas de fille, même si j’avais accepté l’idée que ça pouvait être le cas.

Mon fils s’est fait attendre, un déclenchement à j + 6 a été engagé, 3 jours de déclenchement jusqu'à ce que je péte un câble, réinvestie alors par la terreur de l’accouchement, terrassée par la douleur j’ai hurlé que je voulais une péridurale et césarienne, qu’il fallait qu’on en finisse ! J’étais fatiguée et angoissée, je ne me contrôlais plus, la césarienne en urgence a été décidée. Il est né quelques heures plus tard par césarienne, mon col n’a jamais voulu s’ouvrir ! Merci mon col ! Ca été flippant, le silence des médecins, la traînée de sang sur le drap vert qui me séparait visuellement du théatre des opérations, heureusement ils m’on shooté au gaz , je tremblait , j’avais la sensation de tout sentir … « quelle horreur, je sens des bras trifouiller mon ventre, ça fait mal quand même … soit forte ! »
Mon bébé est enfin sorti , manifestement tout ce qu’ils avalent trouvé dans mon ventre était énorme , le bébé comme l’utérus, leur étonnement et leur silence m’ont glacé, j’avais peur pour l’enfant , peur qu’il lui soit arrivé quelque chose, je prends sur moi , j’attends , je ne demande rien, trop peur d’entendre une triste nouvelle…..et ouf , il va bien, tout va bien, il fait le poids et la taille d’un bébé d’un mois mais il est en parfaite santé. Je ne le verrai que 2 h apres, arrivant dans les bras de son père, là je l’ai découvert « mon dieu qu’il est grand, il est beau..C’est moi qui ai fait ça »


Et alors …

Alors, je me suis  sentie investie d’un formidable instinct qui a su  guider ma tête comme mes gestes. C’était devenu une de mes plus grande terreur, mais oui j’arrivais à  être mère …ça aussi « on me l’avait bien dit »
Les mois qui ont suivis ont coulés de source, sans difficulté…hormis ma relation avec mon conjoins. Il n’était pas à la hauteur, un petit être était arrivé et il ne savait pas le faire passer avant lui, il l’avait pourtant demandé, voulu et moi qui n’en avait violemment jamais voulu pendant si longtemps, j’assumais pleinement, sans me poser de questions.  Il est devenu inutile à mes yeux, mon estime de lui a foutu le camp et j’avais envie d’en faire autant. Nos relations se dégradent. Dans une décision commune on décide de se séparer … notre fils n’a pas un an
J’ai changé d’appart, celui qu’on avait ne convenant plus …

Revirement

« l’amour dure 3 ans » …et l’instinct aussi ?

Voila, je suis dans ce nouvel appartement, la vie continue, en solo avec mon fils, c’est nul, c’est ni ce que j’ai voulu, ni ce que j’vais prévu, tant pour moi que pour lui , « c’est le jeux ma pauvre lucette assume ! » mais c’est comme ça, la décision a été assez  réfléchie pour être assumée et il n’y avait pas d’autres alternative .
Dans cet appartement j’ai plus de mal, je sens l’instinct me lâcher au fil des mois et le moi d’origine refaire surface. Mon petit grandi et les difficultés avec lui...et là c’est la scission.

6 mois âpres la séparation,   16 mois passés à m’occuper uniquement de mon fils, je me rends compte que je ne m’occupe plus de moi, que je n’existe plus, le MOI , la Femme, avait totalement disparu au bénéfice de cette Mère qui n’avait rien d’autre en tête que son enfant . La femme qui revenait constatait les dégâts occasionnés lors de son absence !

Des lors ces 2 parts de moi se sont affrontées, de plus en plus.
La mére détestait la femme qui voulait une autre vie, et comptais bien regagner du temps pour elle et se petits plaisirs. Celle d’avant, la femme, détestait la mère qui avait fait un choix imbécile dans son dos ! Une lutte se mettait en place au fur et à mesure de l’émergence de la femme.
J’ai donc entrepris de modifier ma vie, de m’octroyer des moments pour la femme, mettant un peu la mère de coté , qui n’acceptas pas cette cohabitation « forcée ».
On est 6 mois apres ma séparation, encore plus longtemps  de jachère, la femme n’en peu plus, elle a besoin de s’envoyer en l’air   ! Double contraception, le bébé chez maman pour la première fois, je preprends le sport 2 fois par semaine, la mère a laissé ce corps s’empâter, beaucoup trop !  C’est insupportable ! Impossible de partir à la chasse avec ça !je perds rapidement du poids et me sens d’attaque pour « renouer avec le marché » .

Il reste dormir chez mami 2  fois par semaine et passe les lendemains chez elle, enfin un peu de quartier libre, de temps pour moi ! J’associe sport et sexe lors mes soirées sans enfants, je n’ai que ça de temps pour la femme, tout le reste appartiens à la mère. les 2 ( mére et femme) s’en veulent mutuellement , s’insupportent , se battent s’insultent même . La femme prend de plus en plus de place et règle son compte à la mère, heureusement qu’elles ne peuvent se croiser en vrai, ce serait sanglant ! mais c’est sanglant de l’intérieur et mes relations avec mon fils se dégradent, ça ne coule plus de source, je dois me rendre dispos maintenant, je dois agir pour ce qui se faisait tout seul avant. sa présence m’agace parfois, il me fatigue  et la femme dit à la mère que c’est bien fait pour sa gueule, que tout ça était plus que prévisible, qu’il faut assumer maintenant alors « ferme la » !

Le temps passe, la femme kiff ses moment à elle, la mère se déprécie et s’efface ; les conflits intérieurs sont incessant et douloureux, j’ai ‘impression de perdre la tête. Je décide de finir la scission en étant parfois que mère, parfois que femme, je fais en sorte que ces 2 là ne se croisent plus et ça n’est pas facile


;mais je ne serais plus jamais mére , c’est pas pour moi , j’en suis sure maintenant , toutes ces contraintes, si la mère les supporte, la femme n’en veut plus !

Ouf…ou presque

Un jour je rencontre un ptit jeune, un partenaire de jeu, bien différent des autres. L’entente est formidable et j’ai envie de le garder celui là ! En plus il aime la femme...il est attendri par la mére. « ha bon, il trouve ça chou ?? ».. Et à un moment je comprends que nos routes vont fusionner.
Pour mon plus grand bonheur il réconcilie la femme et la mère, ces 2 là acceptent de re-cohabiter !
Et c’est lui qui fait le lien …il est 9 ans plus jeune que moi , mais il y a des évidences que je ne me suis jamais interdit de vivre , elle sont si rares, ça ne se gaspille pas ! il est au courant, je ne voudrais plus jamais d’enfant …presque un an plus tard alors qu’on comprends enfin qu’on ne se quitterai plus, la question enfant est abordé..elle me semble acceptable...mais la femme se rappelle à la mère tout de même ( ha non, recommence pas conasse !) ; je me dit que c’est possible , tout en ne garantissant rien à personne, voyant cette autre maternité plus comme un fantasme lointains voué à ne sans doute pas se réaliser mais lucidement …je me dis que l’envie rode peut être encore quelque part on fond de moi et je ne me dis pas « jamais » mais « probablement pas », je ne recommencerai pas avec les certitudes, je sais trop ce qu’elles peuvent devenir, aussi fortes soient elles ..

Le temps passe, notre couple est un délice, l’accord est parfait, la vie est douce et agréable …le trio fonctionne à merveille. Ne n’ai jamais cherché de père en lui, il n’a pas la responsabilité de mon fils, il participe, mais je n’attends rien de spécial en ce sens.
plus de 3 ans apres on déménage à la campagne, là ou nous sommes aujourd’hui, la femme et la mère se sont liées dans un compromis confortable, il y a de la place pour tout le monde et ça cohabite sereinement à l’intérieur.

il y a un peu plus de 2 ans maintenant il me semble ( je n’ai pas la notion du temps ) la question enfant resurgi, le temps passe , il est temps de décider car on a pas 10 ans devant nous . i voudrait un enfant oui ….bon…..je vis une chance pour moi de construire la famille idéale celle que je n’ai pas connu …pourquoi pas..Pas convaincue mais ne voyant rien je justifié pour se l’interdire
on décide donc ensemble du retrait du stérilet posé à notre rencontre .

Mais ça me travaille, la femme modère, questionne, oppose... Le toc inverse fait son apparition et martèle « je ne veux pas d’enfant », elle prend les choses en main ! Une analyse des faits, la plus réaliste possible (oui elle, elle sait parfaitement faire ça !) me fait entendre que ça n’est pas une bonne idée, les questions de toujours refont surface, mais au lieu d‘être validées une à une d’un oui, c’est un NON qui prends la place. tout est invalidé, refusé, tout les marqueurs sont dans le rouge ….non ça n’est pas possible….. l’idée de me diriger de nouveau vers une maternité fout mon système en panique , en erreur ..non je ne peux pas !
Une fois le stérilet retiré, impossible de le laisser me toucher, je fais un blocage, persuadée en plus que ça va me tomber dessus tout de suite. je savais que ça allait me faire bizarre mais là c’est la panique complète et la peur est bien plus grande que prévue !

Je m’en veux, j’essais de raisonner dans le sens prévu mais j’en suis incapable…2 années passent, je me suis détendue depuis, constatant que rien ne se passait... pour mon plus grand soulagement...mais paradoxalement pour ma plus grande déception aussi.

On en reparle, je ne peu occulter les arguments de la femme qui me semble plus qu’honnêtes et réalistes, elle sait faire le bon choix, elle ! la mère et ses 2 neurones et demi doivent dégager !
Les discussions avec mon conjoint finissent par lui faire réaliser que même pour lui, ça n’est pas la bonne route, il réfléchi vraiment à tout ça et conclu qu’on ne doit pas en faire. A cause de tout, de tellement de choses que ça n’a rien de raisonnable. Au fond, il pensait me faire plaisir, et moi je pensais lui faire plaisir, au final, aucun de nous 2 n’est a réellement envie pour lui-même, c’est uniquement pour l’autre. En fait l’accord de parentalité conjointe n’est qu’une cession masculine au désir féminin, il ne choisi pas, il accepte, pour sa femme, qui bien souvent est terrassé par le désir d’enfant et ne lâche rien jusqu'à obtention. Mais moi je n’y tiens pas, lui non plus, on décide de mettre un terme à tout ça et de remettre en place l’hameçon !

Oui mais…j’ai eu un souci avec mon stérilet, je l’ai su au moment de son retrait. Et comme je suis plutôt très fertile pourtant, en tout cas avant, on se dit que vu le désagrément il était peut être nécessaire de vérifier si lui n’étai pas stérile, des fois qu’une contraception soit finalement inutile, comme c’est arrivé à plusieurs de mes connaissance. rdv pris pour lui, on va contrôler ça ..le jour ou il prends rdv, un retard m’inquiète..Vérification faite, je suis enceinte !

Bon ok …..je suis semi-contente..forcément …mais dubitative aussi, le test est faiblard, ça sent le tuc qui va pas tenir … je lui en fait part, le risque qu’il ne tienne pas est grand selon moi, c’est ce qu’indique le test . mais on se projette..C’est tout de même bien là pour le moment.
On es un peu pareil devant ce fait, content, dubitatif, tout se brouille c’est arrivé çà un drôle de moment, au moment ou on avait finalement changé d’avis, on partage le coté ou on est contente, on laisse le reste..C’est trop tard !
Finalement je le perds….je me sens quelque part soulagé et il m’avouera que lui aussi, quelque part tout derrière la déception. Je le sens triste, je me sens un peu triste aussi …
.on décide finalement de persévérer ….et ça recommence : je ne peux pas ! le toc reviens avec d’autant plus de violence !

La belle sœur annonce sa grossesse… on est tombée enceinte à 15 jours d’intervalle …mais moi je l’ai perdu



On rediscute, on se dit que ça n’est pas possible qu’il ne faut pas, que tout en ce sens nous le montre. Nos relations depuis le retrait, ce qui s’est ou non passé en 2 ans, ce qu’il vient de se passer …..Il faut décider !! L’option lâche du « on laisse faire on verra bien, le destin pendra la décision à notre place » n’est pas acceptable. Rendez vous pris pour la remise en place d’un stérilet !

La belle sœur accouche..Et là je réalise qu’à l’heure qu’il est, si ça avait tenu, j’aurais un bébé avec tout ce qui va avec. ho putain …le soulagement ! je l’ai presque envié toute sa grossesse mais maintenant …plus du tout !

Moi j’ai accouché d’une décision ferme !


Mais la femme a franchi la limite et la mère se rebiffe ! Elle n’accepte pas cette décision elle lutte, se bat, pleure ! La femme a franchi la ligne de non agression, et c’est maintenant une guerre qui est déclarée !.. « .it can be only one ! » la pulsion s’allie à la mére et je perds pied, impossible de décider ni d’agir ! Ni dans un sens ni dans l’autre !. C‘est insupportable ! La proximité et le caractère définitif de l’acte décisif fou le bordel mais la femme se fait forte, elle tente de convaincre la mère que c’est la meilleure décision, la mère le sais dans le fond, mais n’accepte pas, elle n’y arrive pas.

Je suis pas bien du tout je n’arrête pas de pleurer, ça me gonfle, ça me fatigue, me fou à cran ! la femme mets des coup de pompe au cul à la mère, j’ai besoin d’un appui ! Il y a quelques jours on discute avec mon compagnon, je lui avoue le conflit interne qui m’anime et mon incapacité à décider. Je voudrais que lui décide et que je me contente de suivre. Il ne décide pas, c’est à moi de décider, il acceptera, peu importe ma décision…et merde !! On n’est pas avancé !

Je doit laisser la femme prendre la main, la mère doit s’effacer, la femme doit recouvrer la mémoire, s’allier à celle d’avant …la CF convaincue..

Je m’assoie devant l’ordi et tape ces quelques mots « non désir d’enfant » …

Passent quelque liens inutiles expliquant tout et rien, rien que je ne sache déjà, rien que je n’ai perçu /compris tant en terme de désir que de non désir.. ; ça me fait une belle jambe !

Puis le lien d’un forum attire mon attention … « sans enfant, le forum francophone de ceux qui ne veulent pas d’enfant »..Voila ma bouée, mon allié, l’ancien moi est quelque part la dedans…et malgré l’annonce clair de la présence non souhaité de parents, je tente le coup ….et je ne mentirais pas sur la raison de ma présence, parce qu’il n’y a aucune place pour le mensonge ni le déni dans cette démarche …

je tiens à dire que j'ai eu beaucoup de chance que ça ne se passe pas trop mal mais qu'il était clairement irresponsable de pendre ce risque , certaines femmes le vivent extrêmement mal et n'ont pas la chance de trouver à la croisé des chemins, des choses qui aident a bien le vivre , voir c'est tout le contraire .et il y a des drames .

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  Vanille-fraise le Mar 16 Jan 2018 - 17:52

J'ai supprimé ton post de l'autre section pour éviter les doublons !
avatar
Vanille-fraise

Messages : 986
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  Vanille-fraise le Mar 16 Jan 2018 - 17:55

Je pense que limite ça t'arrangerai bien que quelqu'un qui est sûr de son choix d'être CF débarque ici et te dit "oh j'ai changé d'avis, je ne sais pas pourquoi" mais moi aussi j'étais sûr et regarder maintenant. J'espère que tu n'ai pas venue ici pour nous faire une morale caché... Style ne soyez pas si sûr de vous, vous aussi un jour peut-être vous serez dans mon cas !
avatar
Vanille-fraise

Messages : 986
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mar 16 Jan 2018 - 17:56

Vanille-fraise a écrit:J'ai supprimé ton post de l'autre section pour éviter les doublons !

merci ! :jap: heu dit ...je peux plus modifier mes message ? je voulais sauter entre autre la partie accouchement , car comme on me l'a fait remarqué , c'est sans doute de trop ici

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  Vanille-fraise le Mar 16 Jan 2018 - 17:58

C'est ton message tu peux le modifier et le supprimer toi-même !
avatar
Vanille-fraise

Messages : 986
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mar 16 Jan 2018 - 18:01

Vanille-fraise a écrit:Je pense que limite ça t'arrangerai bien que quelqu'un qui est sûr de son choix d'être CF débarque ici et te dit "oh j'ai changé d'avis, je ne sais pas pourquoi" mais moi aussi j'étais sûr et regarder maintenant. J'espère que tu n'ai pas venue ici pour nous faire une morale caché... Style ne soyez pas si sûr de vous, vous aussi un jour peut-être vous serez dans mon cas !

ho non du tout du tout  ! ça j'ai pas besoin que quelqu'un ici vienne le faire , je l'ai bien assez entendu avant  ! je sais que ça existe  ! je vous encourage au contraire a respecter vos convictions, et ce peu importe les éventuelles pressions de la nature, et je vous souhaite tres sincèrement de ne jamais connaitre ça ! je sais aussi que non ça n'arrive pas a tout le monde et je suis convaincue qu'ici , beaucoup auront la chance de ne pas connaitre ça .

j'encourage celles qui ressentent cet appel du ventre et qui y résistent par choix ! je pense que même si a certains moment on peu ne pas le ressentir ainsi ,et que c’est dur , c'est tout de même une victoire sur soi même  

je n'ai pas les boutons "editer " ni même supprimer en fait , des fois ils apparaissent et parfois non, c'est curieux ça me dit même que je ne peux plus éditer le message ...je vais tenter autrement

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  moustache le Mar 16 Jan 2018 - 18:15

Ben du coup, où sont nos réponses???

avatar
moustache

Messages : 319
Date d'inscription : 01/12/2009
Localisation : Devant mon écran!

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  Vanille-fraise le Mar 16 Jan 2018 - 18:21

Orion a refait tout son post et ça faisait doublon donc toutes les réponses ont disparu...
avatar
Vanille-fraise

Messages : 986
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  _Aila_ le Mar 16 Jan 2018 - 18:30

Une des choses qui me fait le plus de peine dans ton témoignage s'est que l'arrivée de ton fils a irrémédiablement gâché la relation avec ton conjoint, qui était pourtant très forte d'après ce que tu dis. Ce n'est pas la 1ère fois que j'entends ce genre de choses. Je trouve ça terrible qu'un enfant vienne mettre à mal la relation qui est à l'origine même de son existence. Tu ne ressens pas de regret par rapport à ça?

Sinon j'ai l'impression que tu viens ici pour te convaincre de ne pas faire de 2e enfant. Mais je ne pense pas qu'un forum puisse vraiment jouer sur vos décisions de couple.

_Aila_

Messages : 52
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  moustache le Mar 16 Jan 2018 - 18:33

Bon :murg: , je te la fait courte:

- Je ne comprends absolument rien de ce que tu racontes, c'est comme si on ne parlait pas la même langue.
Est-ce le traumatisme de l'ivg qui te fait basculer? Les hormones? La peur de perdre ton homme qui t'en "demande" un?

- Tu comptes sur nous pour servir de garde-fou mais nous ne sommes pas un vaccin...
Le choix de faire ou non un bébé se décide à deux, c'est un projet de couple.
Je t'invite donc à te poser et à en parler sérieusement avec ton homme en pesant le pour/le contre, les conséquences de tel ou tel choix, les regrets quelque soit la décision, etc.

- Tu as été CF mais tu ne l'es plus, accepte-le car ce qui est fait est fait et surtout, ne te juge pas car cela fait plus de mal que de bien.
Je crois qu'il est important que tu fasses le deuil de cette fille que tu as été (la CF) et que tu n'es plus puisque tu as un enfant.

- Ce que tu racontes est forcément flippant (je comprends la réponse de Vanille Fraise) car clairement, je n'aimerais pas basculer de cette façon.
Mais...
Si tu viens ici, tu auras des raisons de ne pas craquer.
Si tu vas sur un forum de parents, cela sera le contraire.
Au final, la décision t'appartient et peut-être même que dans le fond, tu l'as déjà prise mais que tu ne veux pas l'accepter (cf. un de mes messages sur ta présentation que je n'ai pas retrouvé non plus soit dit en passant)
avatar
moustache

Messages : 319
Date d'inscription : 01/12/2009
Localisation : Devant mon écran!

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  Chrysalia le Mar 16 Jan 2018 - 18:37

orion18 a écrit:je voulais sauter entre autre  la partie accouchement , car comme on me l'a fait remarqué , c'est sans doute de trop ici
En effet, on subit assez ce genre de récit régulièrement en société pour ne pas avoir encore ça ici. Ce forum, c'est un peu notre petit coin à nous où l'on ne souhaite pas lire ce genre de chose.
Cela peut répugner inutilement ceux que ça dégoute, désintéresser totalement ceux qui s'en foutent, et attrister gratuitement ceux qui y ont renoncé. Peut-être appréciais-tu ce genre de récit quand tu étais CF, ou du moins tu n'y prêtais pas particulièrement attention...
avatar
Chrysalia

Messages : 3238
Date d'inscription : 21/08/2014
Age : 41
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mar 16 Jan 2018 - 18:40

_Aila_ a écrit:Une des choses qui me fait le plus de peine dans ton témoignage s'est que l'arrivée de ton fils a irrémédiablement gâché la relation avec ton conjoint, qui était pourtant très forte d'après ce que tu dis. Ce n'est pas la 1ère fois que j'entends ce genre de choses. Je trouve ça terrible qu'un enfant vienne mettre à mal la relation qui est à l'origine même de son existence. Tu ne ressens pas de regret par rapport à ça?

Sinon j'ai l'impression que tu viens ici pour te convaincre de ne pas faire de 2e enfant. Mais je ne pense pas qu'un forum puisse vraiment jouer sur vos décisions de couple.

non du tout , ma relation avec ce conjoint à , avec le recul était voué a l'echec, je ne le savais pas à l époque . non a a fait des choix de vie si opposé par la suite que je n'ai aucun doute la dessus . disons que ça a mis le pied au plancher tout au plus

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  Desdémone le Mar 16 Jan 2018 - 18:41

en tout cas, merci d'avoir déplacé le sujet dans "ouvert à tous" !
avatar
Desdémone

Messages : 100
Date d'inscription : 28/09/2017
Age : 57
Localisation : Occitanie

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mar 16 Jan 2018 - 18:43

Chrysalia a écrit:
orion18 a écrit:je voulais sauter entre autre  la partie accouchement , car comme on me l'a fait remarqué , c'est sans doute de trop ici
En effet, on subit assez ce genre de récit régulièrement en société pour ne pas avoir encore ça ici. Ce forum, c'est un peu notre petit coin à nous où l'on ne souhaite pas lire ce genre de chose.
Cela peut répugner inutilement ceux que ça dégoute, désintéresser totalement ceux qui s'en foutent, et attrister gratuitement ceux qui y ont renoncé. Peut-être appréciais-tu ce genre de récit quand tu étais CF, ou du moins tu n'y prêtais pas particulièrement attention...

oui je l'ai compris apres coup et je m'en excuse, effectivement avant quand j'étais cf , ça ne m'ébranlait pas du tout , ça ne faisait que me confirmer que "mon dieu quelle horreur ", faut dire que je ne réfléchi pas tres bien en ce moment et je suis probablement trop centrée sur moi même

comme je le disais , je ne suis là pour emmerder personne, je cherche juste à me retrouver entièrement

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mar 16 Jan 2018 - 18:52

moustache a écrit:Bon :murg: , je te la fait courte:

- Je ne comprends absolument rien de ce que tu racontes, c'est comme si on ne parlait pas la même langue.
Est-ce le traumatisme de l'ivg qui te fait basculer? Les hormones? La peur de perdre ton homme qui t'en "demande" un?

- Tu comptes sur nous pour servir de garde-fou mais nous ne sommes pas un vaccin...
Le choix de faire ou non un bébé se décide à deux, c'est un projet de couple.
Je t'invite donc à te poser et à en parler sérieusement avec ton homme en pesant le pour/le contre, les conséquences de tel ou tel choix, les regrets quelque soit la décision, etc.

- Tu as été CF mais tu ne l'es plus, accepte-le car ce qui est fait est fait et surtout, ne te juge pas car cela fait plus de mal que de bien.
Je crois qu'il est important que tu fasses le deuil de cette fille que tu as été (la CF) et que tu n'es plus puisque tu as un enfant.

- Ce que tu racontes est forcément flippant (je comprends la réponse de Vanille Fraise) car clairement, je n'aimerais pas basculer de cette façon.
Mais...
Si tu viens ici, tu auras des raisons de ne pas craquer.
Si tu vas sur un forum de parents, cela sera le contraire.
Au final, la décision t'appartient et peut-être même que dans le fond, tu l'as déjà prise mais que tu ne veux pas l'accepter (cf. un de mes messages sur ta présentation que je n'ai pas retrouvé non plus soit dit en passant)

oui je t'avais répondu au moment ou le post a été supprimé, je vais remettre mes réponses :

le pourquoi ça m'a pris : oui je pense que suite à l'ivg , ou plutot sans doute lors de la grossesse qui m'y a mené, un truc biologique, hormonal, s'est développé  ? a pris sa place ou je ne sais quoi ...un truc étrange venu d’ailleurs que je n’explique que comme cela
pas de peur de perdre mon mec , c'est un truc que j'ai ressenti uniquement au moment de mon attachement , je découvrais alors l'amour et j'ai ressenti a ce moment là cette peur pour la 1ére fois  mais ça a vite disparu , c'est pas un truc qui m’inquiète vraiment en fait , en général

le pourquoi de la prise de risque qui a mené à l'ivg   ....la betise  ! rien d'autre  ! je me suis dit que pour la seule fois ou on n'avais pas utilisé de préso, ça ne pouvait pas me tomber dessus comme ça , surtout apres plus de 10 ans de pilule , comme on me l'avait laissé penser ...et j'ai été encore plus con de le croire . aucunes excuses !

oui j'étais cf et j'ai fait un choix qui fait que je ne le suis plus et si je suis en paix la plupart du temps avec ça , ça me fou en pétard en ce moment car c'est un peu comme si je n'avais pas appris de mes erreurs et était tentée de recommencer

on en a parlé et reparlé avec mr, ces derniers jours encore , on est sur du choix mais une part de moi ne l'accepte pas . mon rdv gynéco est pris d’ailleurs , j'attends juste mes regles pour la pose....je me suis donc laissé 15 jours environ pour finir de convaincre totalement ma partie réticente , pour y aller avec force et conviction...je suis sure que quand ça sera fait e serais plus sereine

oui j'ai un deuil à faire celui de la cession à l'envie qui me prends parfois

je sais plus si c'est ici mais je disais aussi que j'étais totalement convaincue que non , ça n'arrive pas à tout le monde , mais que c'est une vraie chance tout de même de ne pas être soumis à cette pulsion quand on en veut pas

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mar 16 Jan 2018 - 19:04

mazette , je suis tellement axée sur le maintiens de ma décision que j'ai oublié ce que m'a dit le gy...il pourra peut être pas poser le stérilet à cause de mon col jamais ouvert et du peu de place dont il dispose, alors si quelqu'un connait des incantations magiques ( "sésame ouvre toi " j'ai déja essayé!) , faut pas hésiter ! 18 est mon chiffre préféré avec un peu de chance ...j'aurait de la chance !!!

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  moustache le Mar 16 Jan 2018 - 19:14

Oui, "choisir, c'est renoncer", pas facile tout ça.

avatar
moustache

Messages : 319
Date d'inscription : 01/12/2009
Localisation : Devant mon écran!

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  caterina le Mer 17 Jan 2018 - 7:52

orion18 a écrit:mazette , je suis tellement axée sur le maintiens de ma décision que j'ai oublié ce que m'a dit le gy...il pourra peut être pas poser le stérilet à cause de mon col jamais ouvert et du peu de place dont il dispose, alors si quelqu'un connait des incantations magiques ( "sésame ouvre toi  " j'ai déja essayé!) , faut pas hésiter  ! 18 est mon chiffre préféré avec un peu de chance ...j'aurait de la chance  !!!

C'est de la connerie tout ça, de l'intox, preuve en est le nombre de CF qui ont un stérilet, il n'a qu'à te poser un modèle qui convient aux "nullipares".

Sion, pour t'aider à te "convaincre" : dis-toi que tu feras une vieille maman (tu seras à l'aube de la retraite quand il aura 20 ans ton 2ème, penses-y), que ton 2ème ne voudra pas que tu viennes le chercher à l'école quand il aura une dizaine d'année de peur que ses camarades croient que tu sois sa grand-mère, et que c'est encore toi qui te coltineras les corvées et la responsabilité de l'éducation une fois que monsieur (s'il est toujours là) se sera amusé une ou 2 fois à faire un bib et changer une couche :D !
avatar
caterina

Messages : 809
Date d'inscription : 16/08/2016
Age : 50
Localisation : GARD

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mer 17 Jan 2018 - 9:26

caterina a écrit:
orion18 a écrit:mazette , je suis tellement axée sur le maintiens de ma décision que j'ai oublié ce que m'a dit le gy...il pourra peut être pas poser le stérilet à cause de mon col jamais ouvert et du peu de place dont il dispose, alors si quelqu'un connait des incantations magiques ( "sésame ouvre toi  " j'ai déja essayé!) , faut pas hésiter  ! 18 est mon chiffre préféré avec un peu de chance ...j'aurait de la chance  !!!

C'est de la connerie tout ça, de l'intox, preuve en est le nombre de CF qui ont un stérilet, il n'a qu'à te poser un modèle qui convient aux "nullipares".

Sion, pour t'aider à te "convaincre" : dis-toi que tu feras une vieille maman (tu seras à l'aube de la retraite quand il aura 20 ans ton 2ème, penses-y), que ton 2ème ne voudra pas que tu viennes le chercher à l'école quand il aura une dizaine d'année de peur que ses camarades croient que tu sois sa grand-mère, et que c'est encore toi qui te coltineras les corvées et la responsabilité de l'éducation une fois que monsieur (s'il est toujours là) se sera amusé une ou 2 fois à faire un bib et changer une couche :D !

ben en fait il m'a dit que l'ouverture de mon col était "de la taille d'une tête d'épingle" et que la canule risquait de ne pas passer ...je saurais si c'est des conneries qu'une fois qu'il aura essayé, en attendant je préfère penser en effet que ce sont des conneries

ho oui t’inquiète j'ai la panoplie de très bonnes raisons de ne pas y aller en tête , il y en a tellement et clairement l'idée que ça saccage mon couple fait parti de la tête de liste , parce qu'il faut être honnête, c'est bien souvent le cas en effet et que je sais parfaitement que mon mec, une fois passé l'effet "derniére paire de basqket" va être gavé de tout ce qu'implique un enfant et surtout un bébé. c'est d’ailleurs sous cet angle que j'ai abordé les choses avec lui pour qu'il réfléchisse à son propre désir et grâce en partie  à ça qu'on a conclu que s'abstenir était la meilleure solution

hoyé hoyé....j'ai trouvé le vaccin !!! il s'est présenté hier soir ! le reste de doute et d'envie ont foutu le camp à une vitesse !!!   et je sens que j'ai récupéré toute  ma tête , en tout cas pour le moment
je vais être en mesure de parler de tout ça selon une perspective plus appropriée, parce qu'il y a bien quelque chose que je voulais dire/partager ici et que je pense utile , mais je crois n'avoir jamais réussi à le faire comme je voulais  

je suis sur la bonne voie ! tout s'éclaire

je file bosser

banzai

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  Cecere michel le Mer 17 Jan 2018 - 16:57

Brrrrr . Ça fait froid dans le dos ce récit . Pourvu que je reste célibataire a vie ! Déjà que j etais coupl-ophobe alors la ... Terrifiant que ça puisse faire perdre la raison a ce point : un enfant ne RAPPORTE PAS d argent , il fait perdre du temps INUTILEMENT . Enfin il rapporte des allocations familiales si on en élève en masse mais bon ... moins que ce qu il ne coute . Et vous êtes vous poser la question de «sera t il content de vivre dans cette société merdique , remplie de chomage , d immigrés , de pollution et autres problème , comme l UE par exemple ? Ah ben non , votre uterus vous a chatouiller et paf voilà un pour la route .Finalement on voit que si la vasectomie est un choix irréversible , le fait d avoir un enfant l est aussi .

Cecere michel

Messages : 114
Date d'inscription : 27/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mer 17 Jan 2018 - 19:59

Cecere michel a écrit:Brrrrr . Ça fait froid dans le dos ce récit . Pourvu que je reste célibataire a vie ! Déjà que j etais coupl-ophobe alors la ... Terrifiant que ça puisse faire perdre la raison a ce point : un enfant ne RAPPORTE PAS d argent , il fait perdre du temps INUTILEMENT . Enfin il rapporte des allocations familiales si on en élève en masse mais bon ... moins que ce qu il ne coute . Et vous êtes vous poser la question de «sera t il content de vivre dans cette société merdique , remplie de chomage , d immigrés , de pollution et autres problème , comme l UE par exemple ?            Ah ben non , votre uterus vous a chatouiller et paf voilà un pour la route .Finalement on voit que si la vasectomie est un choix irréversible , le fait d avoir un enfant l est aussi .

nan mais le coup des aloc il faut arrêter , déja avec 1 on a pas d'alloc a part les 3 premières années(mais vla les frais de nounou aussi , pour peu qu'on bosse), ensuite ,le coût d'un enfant passe bien au delà , c'est sans commune mesure , si on veut gagner de l'argent , c'est pas avec un enfant , une belle part des dépenses vont pour lui , c'est pas avec eux qu'on se paiera un appart sur la côte d'azur  !

bien évidemment que je me suis posé cette question ...et tellement d'autres , j'ai toujours eu une liste longue comme le bras de raisons de ne pas en faire , et le monde dans lequel on vit en fait parti . comment expliquer que le changement de perspective puisse a ce point changer tout ça ....c’est bien ça que je trouve flippant aussi , si vous trouvez ça flippant , je vous dit pas vécu de l'intérieur  ! c'est simplement hallucinant  !

je ne comprends pas trop le sens de cette phrase en fait : "finalement on voit que si la vasectomie est un choix irréversible , le fait d avoir un enfant l est aussi", ben oui une fois qu'on l'a on , l'a , c'est pas comme un jean qu'on ramènerai au magasin parce qu'il est trop petit, aucun doute .

d'ailleurs mes raisons de ne pas en faire, celles de toujours sont  :

déja je les aime pas, je ne les supporte pas..point important ,les cris , les pleurs, les dégueulis, les nez morveux,les nuits pourries...ça ne m'a jamais excitée ,    je ne vois pas non plus l’intérêt de s’ankyloser la vie avec des enfants , (ces petits êtres créés pour te la pourrir, de mon pt de vue  ),on est dans un monde de merde et il faut une belle part de masochisme pour se mettre le nez ++++ dedans via les enfants: confrontation au système éducatif et aux profs, aux administrations , aux médecins et toutes les cochonneries qu'on nous fait prendre dés le plus jeune âge (cf le coktail vaccinal hallucinant prévu des les premiers mois !)...etc, tout ce qui risque de lui arriver,les interactions entre le monde et lui , on ne le protégera pas de tout ,et c'est énormément d’inquiétudes  !   les risques qu'il ai un probléme de handicape, de développement ( le monde est déja bien assez dur pour ceux qui ont toutes leurs chances ), le temps que ça prends( phénoménal ! moi qui ai tant besoin de temps pour moi et pour me consacrer à ce qui m’intéresse), le handicap professionnel que ça peu être , il faut jongler avec les créneaux horaires laissés par la nounou, puis l'école ...etc bref  la disponibilité est bien moindre, et si on veut l'être(dispo pour le taf ) ça signifie déléguer l'éducation à un tiers que l'on va payer, ça a quand même un coté absurde dans le fond.

l'impact sur le couple...souvent désastreux , la pression exercée via sa présence au foyer ( impossible d'aller vivre en ermite  dans les bois, on te retire ton gosse), la lourdeur de la position d'éducateur , un rôle que je n'aime pas , la problématique que la société s'en empare pour un faire un bon petit esclave, de ne plus pouvoir s'adonner à ses passions..
de ne plus jamais pouvoir baiser tranquille (voir ne serais-ce que pisser tranquille a un certain age !)  !!!! important aussi ! de devoir se coltiner les autres parents, pire, leurs sales mômes mal élevés . d’ailleurs ça demande une sacré énergie pour les élever et faire en sorte qu'ils ne deviennent pas de sales petits cons, la remise en question est permanente, les ajustements aussi ..; et  le sujet des hommes qui traînent la patte à s'occuper de leurs mômes aussi , je le connait bien  !

aucun doute pour moi que l'on puisse bien vivre sans enfant , je viens d'une famille ou on ne fait pas de gosses ou tres peu , même moi je suis "un accident"
bref j'en oublie probablement des caisses mais RIEN n'aurait su me motiver a en faire un ; c'est un peu plus profond qu'un petit chatouillis de l’utérus pour ma part , il fallait une dose de cheval  pour me pousser dans ce sens là
et PIRE aujourd'hui , car j'ai toujours ces raisons là , mais en plus nos choix de vie imposent des choses incompatibles avec une grossesse, il y en a sans doute qui se dépatouilleraient avec mais moi je ne vois pas comment , mon mec n'as pas le profil du papa ..etc donc c'est encore plus aberrant aujourd'hui qu'hier , que j'envisage une chose pareille


d’ailleurs voila, à ce propos, je lai entendu le "tu verra , tu changera d'avis", alors ok, comme l'a souligné vanille-fraise, manifestement ce changement touche beaucoup de monde mais j'aurai aimé savoir pourquoi , j'aurais peut être mieux maîtrisé la chose.
en effet "tu va changer " c'est un peu léger , j'aurais aimé savoir que les hormones , c’est un truc violent , et que ce changement naît d'une pulsion de la nature , que les élus qui en réchappent vraiment ne sont pas majoritaires. j'aurai aimé qu'on me dise  "ma fille, un jour , cette pulsion se fera peut être en toi, et il sera peut être difficile d'y résister , ça sera à toi de décider si tu t'y laisse aller ou non et si non, que ça ne sera sans doute pas facile , parce que tu ne verra plus les choses de la même façon "

j'aurais aimé pouvoir me respecter jusqu'au bout , ou en tout cas avoir de meilleurs chances de le faire . je pense qu'il est nécessaire de connaitre les choses pour pouvoir agir dessus ou du moins, en être conscient , aujourd'hui je sais, et pourtant c'est encore dur de se maintenir sur la ligne (  avec les hormones, c'est un peu comme quand on est bourré et qu'on essaie de marcher droit )

je vous remercie tous et toutes pour vos interventions, même toi caribou !!! ton commentaire sur mon récit  avait un drôle d'écho en moi mais , je ne savais pas pourquoi ....j'avais oublié ma phrase fétiche d'il y a 20 ans "faire un môme, c'est se suicider la vie  !" je n'oserai pas dire combien de fois je l'ai sortie celle là et bien d'autres...
vous m'avez aidé , volontairement ou non et quelque part je vous remercie de ne pas avoir été trop tendres, merci aux plus tendres  pour votre  soutiens , ça fait du bien

voila c'est ce pt de vue là auquel je pensais, qu'on ne tiens pas toujours les rennes aussi ben que l'on pense, mais que ça vaut le coup de se maîtriser pour accéder à ce en quoi on crois . que se laisser happer par la pulsion , ça peu aussi être se ramasser méchamment et avoir des regrets , je connais beaucoup de parents qui ont des regrets , même s'ils le cachent la plupart du temps, face à moi les voiles tombent et c'est un retour que je connais bien , que je comprends bien
certains aiment ça et ne regrettent pas, encore faut il qu'ils soient aptes et ça n'est pas toujours le cas ; que pour ma part , la nature, une fois qu'elle a été satisfaite , m'a laché et que je me suis retrouvé, l'ancien moi , face à ce que ce moi "drogué" avait fait et je m'en suis alors terriblement voulu . ma vie aujourd'hui me permet de bien le vivre , mais je ne dois en aucun cas recommencer , je ne pourrais pas me le pardonner , parce qu'aujourd'hui "je sais"

je ne suis pas une cf, mais une cf qui a échoué

le dénouement est proche j'ai hâte de me faire poser le machin et que la question ne se pose plus , j'aurais gagné ! maintenant il n'y a plus qu'a croiser les doigts pour que ça se fasse bien , parce que pour le coup , je n'ai pas de plan B et je ne me leurrerait pas à me faire croire que j'arriverai à aller jusque la stérilisation...avec un peu de chance , je vais me faire une ménopause précoce .. ou au moins une pré-ménopause ..ça commence 10 ans avant à ce qu'il parait ...mais j'ai l’impression que c’est mal barré; j'ai une belle petite vie à 3 à mener , on a réalisé pas mal de nos rêves et on en a encore d'autres , bien loin de l'enfantement  , pas le moment de faire du sabotage !

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  suzzzie le Mer 17 Jan 2018 - 20:24

Allez courage pour la dernière ligne droite! Pour te soulager le crâne il te faut vraiment une contraception de long terme car si tu es sous pilule la question se reposera chaque jour où tu doutes. Si d'aventure le DIU ne passe pas, pense à l'implant - ok il a aussi ses désavantages mais au moins ça ne se retire pas sur un coup de tête.
Tiens nous au jus :)
avatar
suzzzie

Messages : 894
Date d'inscription : 20/12/2012
Age : 35
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  orion18 le Mer 17 Jan 2018 - 20:36

suzzzie a écrit:Allez courage pour la dernière ligne droite! Pour te soulager le crâne il te faut vraiment une contraception de long terme car si tu es sous pilule la question se reposera chaque jour où tu doutes. Si d'aventure le DIU ne passe pas, pense à l'implant - ok il a aussi ses désavantages mais au moins ça ne se retire pas sur un coup de tête.
Tiens nous au jus :)

j'ai déja testé l'implant , il ne me réussi pas du tout, la pilule , je ne la supporte pas, c'est pour ça que je dis ne pas avoir de plan B, parce que si ça ne marche pas c'est chaud ..mais ça va marcher !!! :D

orion18

Messages : 87
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  salamandrefire le Jeu 18 Jan 2018 - 4:14

jJ'espère que ça va marcher , mais si c'est pas le cas tu pourrais peut être essayer un autre gynéco .
avatar
salamandrefire

Messages : 539
Date d'inscription : 27/01/2011
Age : 42
Localisation : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: cheminement d'une ex CF

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum